[Au Quotidien] #4 : Interview de Bruno Roux, directeur adjoint de Romans

@LES FOYERS CONFINES

Bruno Roux est entré au sein des Foyers Matter en décembre 2017 en tant que chef de service puis directeur adjoint en mars 2019, de Romans. En charge de l’internat, puis des services extérieurs et du SASEP (Service d’Accompagnement Social et Educatif de Proximité), il partage avec nous son regard sur le confinement… et le déconfinement.


Photo : Internat de Romans


En quoi le confinement a-t-il impacté votre activité professionnelle au quotidien ?


Le plus grand risque que nous avons entrevu concernait l’internat. On ne peut pas demander aux enfants de rentrer chez eux car ils n’ont pas de chez eux. Notre constante préoccupation a été de garantir l’état de santé de nos encadrants. Il a fallu donc que l’on anticipe au maximum les choses pour éviter les arrêts maladies liés au Covid et que l’on prenne des dispositions drastiques. Ainsi, par exemple, nous avons tenté de limiter au maximum les contacts avec l’extérieur en demandant aux cadres de l’établissement d’aller faire les courses et en les déposant à l’entrée de l’internat. Ensuite, éducateurs et maîtresses de maison les récupéraient et reprenaient le relais à l’intérieur. Nous faisions en sorte que les personnes de l’extérieur ne rentrent pas à l’intérieur de la villa. Nous avons également mis en place tout un protocole "sanitaire" avec désinfections, gestes barrières, achat de gel, gants et masques. Par ailleurs, l’achat d’ordinateurs (pour les jeunes scolarisés), de jeux et d’occupations manuelles ont été nécessaires : 2 mois sans sortir, c’est extrêmement long.

Sur les autres services, la contrainte était différente : notre objectif était d’organiser les choses pour continuer à travailler le mieux possible avec moins de personnel, une partie des éducateurs ont été mis en télétravail. Nous avons déployé avec les familles de nouvelles façons de communiquer pour conserver le lien et les sortir de l’isolement en utilisant visio, WhatsApp, Skype. L’important pour nous était aussi de jauger à distance l’état de tension dans lequel pouvait se trouver les familles et si nécessaire, aller rendre visite aux enfants. Nous étions attentifs à tous les signaux faibles.


« Avec le soutien discret des équipes éducatrices cela a permis de les réassurer dans leur place de parents. »


Cette crise a-t-elle modifié votre regard de professionnel ?


Sans aucun doute, elle a conforté une de mes convictions : notre rôle de manager nous oblige constamment à anticiper, à s’adapter et à être un élément facilitateur. A chaque fois qu’il y a une crise, il y a nécessité d’être agile, réactif, de travailler sur les scénarios qui peuvent avoir lieu, y compris les pires et trouver des solutions alternatives. Indéniablement le travail en équipe a fonctionné, et les nombreuses passerelles et échanges entre services ont grandement facilité l’organisation.

Enfin le dévouement des équipes éducatives auprès des jeunes et des familles aura en premier lieu permis d’assurer nos missions : la protection et le soutien éducatif.


Pensez-vous que cette période aura apporté des choses bénéfiques ?


Oui assurément. Nous en avions le pressentiment et cela a pu se vérifier : certaines familles, dans ce contexte contraint et forcé, ont redécouvert le lien qu’elles pouvaient avoir avec leurs enfants. Avec le soutien discret des équipes éducatrices cela a permis de les réassurer dans leur place de parents. Ils ont su trouver les ressources et ça a généré beaucoup de confiance.


Quelques mots sur le déconfinement ?


Il va être synonyme d’anticipation : organiser les sorties de nos jeunes avec le maximum de sécurité, cela implique de gérer les moyens (masques, gants...) et d’établir le cadre qui permettra d’y aller progressivement… toujours en rassurant les jeunes et leur famille.


Un dernier mot pour les jeunes que vous accompagnez ?


Ils ont fait preuve de beaucoup de maturité dans cette période inédite et complexe !

Cette période va être pour eux très formatrice, les imprévus font effectivement partie de la vie et le lien familial et social permet de mieux affronter ces moments.

0 vue

Les Foyers Matter Montélimar

Siège administratif

53, Place du Fust - CS 70173

26204 Montélimar cedex

Tél : 04 75 92 08 20

Fax : 04 75 92 08 29  

e-mail : matter.montelimar@wanadoo.fr

Les Foyers Matter Lyon:

Programme Devenirs

7 rue Marc-Antoine Petit, 69002 Lyon !

Tél : 06 61 15 38 94

Bénévolat : 07 84 15 92 21

e-mail :programmedevenirs@lesfoyersmatter.fr

 

Accueil MNA

44 Cours du Dr Long 69003 Lyon

Tel: 06 61 15 38 94

© Les Foyers Matter 2020

Les Foyers - Matter Romans

5, rue louis le Cardonnel

26100 Romans sur Isère

Tél : 04 75 02 67 98

Fax : 04 75 05 21 60

e-mail : f-e-r@wanadoo.fr